Série de Portraits Cybernétiques





numéro 4 — robot policier (faux) probablement fin du 20e siècle Selon nos dernières études, ce modèle aurait été créé pour l’industrie du divertissement animé (plus connu à cette époque sous l’appellation de cinéma) et serait par conséquent un faux. Pour nous en convaincre, des inscriptions manuscrites trouvées sur des ruines du début du 21e […]

numéro 4 — robot policier (faux) probablement fin du 20e siècle

Selon nos dernières études, ce modèle aurait été créé pour l’industrie du divertissement animé (plus connu à cette époque sous l’appellation de cinéma) et serait par conséquent un faux. Pour nous en convaincre, des inscriptions manuscrites trouvées sur des ruines du début du 21e siècle (police = poulets, nik la polisse, mort aux vaches, etc.) tendraient à démontrer que l’intelligence artificielle n’aurait pas apporté de réel progrès et eu que peu d’incidences sur les métiers de police et de sécurité.

Ce robot appartiendrait de facto à la classe Entités Bioniques, étant donné qu’il s’agirait d’un être humain à qui on aurait fait subir un nombre important de cybergreffes.

On sait très bien aujourd’hui que cela est de la pure science-fiction depuis les tristement célèbres expériences de Lochead-Matsukov de 2109 qui démontrèrent l’impossibilité de la cybergreffe : les transplants cybernétiques rejettent systématiquement les organes biologiques.