PRINCE RAMA (US)

MERCREDI 1ER JUIN
Bar: 22h
Début: 22h30
Entrée: 12.-|5.-avec la carte du Salopard||Aftershow: 5.-

Bien qu’un certain nombre d’éléments en appelle à l’évidence, n’évoquez pas la résurgence New Age à Taraka Larson, frontgirl et songwriter de Prince Rama.

Elevées à Alachua – à la périphérie de Gainsville dans l’état de Floride – village qui accueille la plus grande communauté Hare Krishna des Etats-Unis, les soeurs Larson (Taraka : chant, guitare, autoharp, claviers, synthés, boîte à rythmes, percussions, Nimai : chant, batterie, percussions) – faut bien le dire – s’emmerdent sec parmi les grelots et les tuniques oranges.

C’est avec Michael Collins (voix, synthés, boîte à rythmes, percussions) qu’elles tuent le temps.
Prince Rama naîtra quelques années plus tard, durant l’été 2007, alors même que les soeurs Larson ne pratiquent plus les préceptes de la philosophie Hare Krishna, bien que l’on trouve aujourd’hui encore les résidus de leur étrange biographie dans leur répertoire et leur iconographie.

Fin 2009, au festival SXSW d’Austin, Prince Rama est approché par Dave Portner (aka Avey Tare), moitié d’Animal Collective et du label Paw Tracks (Black Dice, Animal Collective, Ariel Pink, Panda Bear,…)

Le trio s’installe à Brooklyn et jette les bases du massif, incantatoire et démonstratif Shadow Temple, première parution sur Paw Tracks à l’automne 2010 (et 4ème album).

Percussions tribales quasi monorythmiques, sur-réverbérations éthérées de la voix et des chœurs et mélodies en formes d’hymne, effets électroniques, synthés haletants, guitare wha-wha, amplifiée et bourdonnante.

C’est dense, brut, stratifié et propulsif.

Une célébration désinhibée, à la limite de la transe, lyrique sans être kitsch, foutraque, dark et épique.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

AFTER SHOW

Ivan (+41)

Acid Folk, Gospel, Drones

Entrée 5.-