NODE FESTIVAL: Le Theremin à l’honneur





Inventé en 1920 par un étudiant physicien nommé Lev Sergeyevich Termen, le Theremin est un objet à la frontière de la science et de l’art, et qui a traversé le vingtième siècle, tel un ovni le ciel soviéto-américain. Si l’instrument est étrange, la vie de son créateur ne l’est pas moins, lui qui fut successivement […]

Inventé en 1920 par un étudiant physicien nommé Lev Sergeyevich Termen, le Theremin est un objet à la frontière de la science et de l’art, et qui a traversé le vingtième siècle, tel un ovni le ciel soviéto-américain. Si l’instrument est étrange, la vie de son créateur ne l’est pas moins, lui qui fut successivement physicien russe, musicien, homme d’affaires américain, prisonnier politique et espion du KGB… Le Theremin connaît lui aussi plusieurs vies, avec un premier succès en 1922 lors d’un concert en présence de Lénine, une renaissance après-guerre à Hollywood dans les effets sonores, et enfin en créant une nouvelle tendance dans la pop des années 60. Car le Theremin ne resta pas longtemps qu’une simple curiosité: au delà de son côté sensationnel, il est surtout le premier instrument électrique de l’histoire, pour lequel un répertoire spécifique a été composé. Pour cette raison, il partit même en tournée internationale à la fin des années 20. Ce triomphe de l’époque ne s’est jamais démenti par la suite, et aujourd’hui encore, le phénomène Theremin intrigue en restant une promesse de progrès spectaculaire, un symbole de modernité indémodable.

La journée du 12 décembre, que Le Bourg et La cave du Bleu Lézard consacrent au Theremin, se concentre sur deux points: l’aspect scientifique, avec description et fabrication de l’engin, et l’aspect musical, avec cours privés ou collectifs d’utilisation de l’instrument. Organisé par Loopline, ce mini-festival, petit par la taille mais grand par le nombre d’activités qu’il propose, se donne pour but de faire connaître et de rendre le Theremin accessible à tous.

L’histoire de cet instrument est indissociable de celle des quelques musiciens virtuoses spécialisés dans son utilisation, et qui le rendirent célèbre, telle la diva électrique Clara Rockmore, qui introduisit l’instrument dans le premier orchestre des Etats-Unis. Quelques personnes pérpétuent aujourd’hui encore ce travail entamé dans les années 20, comme Pamelia Kurstin qui donnera un cours l’après-midi à la Cave du Bleu Lézard, ainsi qu’un concert très attendu le soir au Café-Théâtre Le Bourg.

Au menu donc de cette journée électrique: des activités pour petits et grands, une projection de film, et des concerts d’exception.