Montelly Film Festival: 7ème

DIMANCHE 23 JANVIER
Bar: 15h
Début: 15h
Entrée libre

Pour tous les heureux laissés-pour-compte des soirées VIP de Soleure, voici l’alternative!
Pour la septième édition de ce petit festival, le Bourg propose une traditionnelle pelletée de courts-métrages de tous les coins du monde avec cette année un focus sur l’Espagne. Le mot d’ordre du festival: des films bêtes et méchants, surprenants, engagés, sinistrement drôles ou simplement bons.

Pour ceux qui n’étaient pas là au début, et il y en a beaucoup, un petit rappel des faits avant les détails du programme:  ce festival du film est né dans la ferveur d’une certaine époque du Café de Montelly, où il y faisait bon vivre et manger.

Chaque 2ème week-end après la rentrée des vacances d’hiver, ce festival se mettait en place au milieu des tables et des chaises du bistrot, et deux projecteurs, de part et d’autre de la salle, projetaient des films.

Quand le Café de Montelly a été remis, et que le  Bourg a ouvert ses portes, le Festival du Film de Montelly y a tout naturellement trouvé un nouveau toit.

N’étant plus lié au quartier de Montelly et son âme restée inchangée, il a alors gardé son nom.

Faudra pas venir pleurer

Programme II(45′)
15h00 – Entrée libre

Birdboy, Pedro Rivero, 12′, Expagne, 2010

Un terrible accident industriel va bouleverser à jamais la vie de la petite Dinky. Son destin pourrait bien dès lors reposer entre les ailes de son ami excentrique Birdboy, un marginal vivant dans la forêt de la mort, abandonnée à ses fantasmes.

Silence, Ava Lanche, 3’30 », Allemagne, 2010

Notre présent aussi deviendra historique – sera remémoré et examiné par ceux qui nous succéderont… Et le silence, comme chacun le sait, dit souvent bien plus que les mots…

El Cortejo (Le Cortège), Marina Seresesky, 14′, Espagne, 2010

Capi est le plus vieux fossoyeur du cimetière. Habitué à travailler au contact de la souffrance des autres et des mauvaises plaisanteries de ses collègues, il n’y a qu’une seule personne capable de l’extraire de sa routine quotidienne. Tous les mois, il attend le passage de Marta qui invariablement depuis deux ans vient fleurir la tombe de feu son époux.

The Storymaker, José Gomez Gallego, 15′, Espagne, 2010

« Avec mon marteau je forge l’histoire de chaque vie, de chaque personne. Les moments les plus merveilleux, le plus humble, le plus fabuleux … Tous ont été conçus par moi. »

Faut pas pousser Mémé
Programme III (53′)
16h30 – Entrée libre

Le Hobby, Nicolas Zappi, 15′, France, 2008

À peine commencé son premier jour de stage comme thanatopracteur, Vincent, vingt ans, abandonne le métier. Sortant de l’enfer du funérarium avec son salaire du jour, Vincent va croiser un ange en la personne d’Iris, jeune prostituée.

Artalde (Le Troupeau), Paco Sagarzazu, 8′, Espagne, 2010

Un berger, perdu dans la ville est à la recherche de son troupeau. Ses appels attirent l’attention de gens qui se mettent à le suivre…

Tabu, Vincent Coen & Jean-Julien Colette, 24′, Belgique, 2010

Une famille nucléaire américaine, aussi soudée que désinhibée, se rend à Gand en Belgique pour que le fils Julian puisse découvrir la ville natale de son père. Las de la soûlerie de ses parents et souffrant d’une récente déception amoureuse, Julian décide d’explorer seul la ville pittoresque.

Los Four McNifikos, Tucker Davila Wood, 5’30 », Espagne, 2010

Erandio, une petite enclave dans la banlieue nord de Bilbao se réveille. Il ya 30 ans,trois jeunes enfants ont foulé les rues de ce quartier difficile en y faisant progresser le mouvement B-Boy de la fin des années 70 à New York: Jon, Pedro et Xabier, ou, comme ils aimaient à être appelé: les 4 McNifikos.
Fallait pas commencer

Programme I (59′)
19h00 – Entrée libre

36ème sous-sol, Ph Debiès, 13′, France, 2010

Quatre personnes se retrouvent dans un ascenseur. Elles ne se connaissent pas et ne savent pas pourquoi ni comment elles sont arrivées là. Et l’ascenseur descend, descend,…

La grande course, Kote Camacho, 7′, Espagne, 2010

1914. Une course de chevaux dotée d’un prix inouï est annoncée par le speaker. Huit des meilleurs chevaux et tant d’autres venus du monde entier s’y sont inscrits. Les fans et les nantis de tous les continents se sont réunis pour cet évènement : Le Grand Prix d’un demi-million. Détournement surréaliste d’images d’actualités.

La Ultima Boda (Le dernier mariage), Jorge Tsabutzoglu, 12′, Espagne,2010

Un groupe d’amis d’enfance se retrouvent lors d’un mariage. Du cercle d’amis très liés qu’ils étaient, ils sont aujourd’hui un groupe d’individus qui ne se rencontrent que lors d’occasions spéciales. Cette fois, deux d’entre eux se comportent d’une manière étrange qui met le groupe mal à l’aise. Ils révéleront un secret qui nuira à leur amitié.

Bilinguals, Rafa Rojas Diez et Jose Carlos Gomez, 7′, Espagne, 2010

Jo et Luis se voient tous les mardis et jeudis pour partager des idées. Elle pratique son espagnol et il pratique son anglais.

Wrong Menu, Moisés Romera & Marisa Crespo, 9′, Espagne, 2010

Marta a 633 amis sur Facebook, mais aucun avec lequel passer son week-end. Mais tout est sur le point de changer puisqu’elle vient de rencontrer Carlos, l’homme idéal.

Fearful John, Daniel Romero, 11′, Espagne, 2010

Durant ses vacances dans le village de ses grand-parents, Juan rencontre Maria, une petite fille mystérieuse qui lui raconte la légende terrifiante de la vieille demeure familiale… Juan a peur, Maria pas.