Luff
Cindytalk (UK) et projections

SAMEDI 23 OCTOBRE
Bar: 18h
Début: 18h30
Projection 13.-//Concert 15.- ou Pass/Abo Luff//Aftershow 5.-

S’il y a une passion que le LUFF partage avec le Bourg c’est bien la résurrection des aînés qui ponctue par petites touches nos saisons comme chaque édition du festival. Logique alors de voir le LUFF revenir au Bourg pour deux soirées de sons et d’images.

Projection

18h30 // Entrée 13.- ou pass journaliers et abonnements en vente à la caisse principale du LUFF au Casino de Montbenon

Côté film, une sélection de documentaires dédiés à des artistes ou personnages décalés et un bel exemple d’expended cinema par un de ses représentants les plus rebelles, Wilhelm Hein, l’occasion d’assister à une performance image et son prometteuse.
Le programme des projections sera précisé dans le catalogue du festival ainsi qu’ultérieurement sur cette page.

Concert

21h00 // Entrée 15.- ou journaliers et abonnements en vente à la caisse principale du LUFF au Casino de Montbenon

CINDYTALK (Mego / UK)

Les éditions MEGO présentent en exclusivité dans le cadre du LUFF une version solo de la formation nuageuse de Gordon Sharp, unique membre original de l’un des plus obscurs représentants de la nouvelle vague post punk anglaise.

Dans les méandres de l’évolution du groupe, Gordon Sharp a su réinventer le mystérieux Cindytalk. En quête d’une musique sombre et poétique, elle creuse dès 1982 la veine post punk, enregistrant au passage une Peel session avec les Cocteau Twins.

Emblème de l’autre new wave à l’écart des modes et des courants commerciaux, les distorsions et voix glauquissimes de Cindytalk sont l’écho musical désespéré et menaçant des années de plombs en Angleterre.

Aujourd’hui Gordon refait surface notamment avec Up Here In The Clouds sorti en août 2010, et propose une nouvelle facette de Cindytalk usant du computer pour pousser les quelques mélodies convenues restantes de l’autre côté de leur évanescentes textures.

Ce soir, Gordon Sharp entonnera ces nouvelles chansons de cendres et nous comblera d’ombre de sa voix géniale et maudite.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Aftershow

Posh Boy & Kevin (Belair Records)
We ain’t no jukebox, we play what we want

Entrée 5.-