LES CHRONIQUES DU PREVISIBLE // LAUTER (F)

MERCREDI 09 DECEMBRE
Bar: 18h
Début: 18h30//21h
Apéro-chronique 10.- avec un verre offert//Lauter: 15.-/5.-avec la carte du Salopard

L’Alsacien Lauter aka Boris Kohlmayer (et donc pas la petite rivière de classe A d’une longueur de 39km qui traverse le Bas-Rhin) diffusera son folk rural mêlé de rock urbain sur la scène du Bourg à l’occasion de la sortie d’un peu commun double album, « The Age of Reason » paru conjointement en 2009 sur Herzfeld Record et Clapping Music.

A bien noter aussi le rendez-vous éphémère de Blok et Francioli. C’est le calendrier de l’Avant qu’on vous propose, histoire de ne rien oublier du drôle de monde dans lequel on vit dans cette atmosphère faussement heureuse des préparatifs des fêtes de fin d’années…

18h30
Les Chroniques du Prévisible

Du 8 au 23 décembre, tous les jours à l’heure de l’apéro, venez déguster des morceaux d’actualité revus et instrumentalisés par le duo Blok-Francioli. Un spectacle de trois-quart d’heure pour vous sortir de la fièvre du shopping de Noël et vous rappeler que, même si vous n’avez pas trouvé de cadeau utile pour votre cher petit neveu, l’apéro reste sacré et instructif.

logo_rouge

21h00
Lauter (F)

Une musique chaude comme la bise noire…

4_sept_lauter

Accompagné principalement sur scène depuis la formation de Lauter en 2005, par lui-même à la guitare, au banjo au chant et parfois à l’harmonica, du batteur occasionnel Fabrice Kieffer et d’autres membres de la famille Herzfeld Record encore plus occasionnellement, bruyant n’est pas vraiment le premier qualificatif qui permet de cerner la musique de Boris kohlameyer.

Lauter 400Rencontre de l’acidité raide et glacée de Joy Division, des Cure du tout début des années huitante et de l’album Faith, autant que du folk dépouillé lonesome cow-boy d’un Bonnie « Prince » Billy, l’atmosphère est à la fois mélancolique et froide, par moment distordu et stridente.

L’occasion de découvrir un Folk râpeux, sombre, abouti et intègre qui s’éloigne des nombreuses productions de cette scène trop souvent assiégée par des projets lisses et sans reliefs, portés par la fausse naïveté mièvre de chanteuses à l’attitude indigeste de femmes-enfants, comme tombées d’un nuage de sucre soufflé. Ecoeurant.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube