K.C. MC KANZIE (D)

MERCREDI 07 OCTOBRE
Bar: 19h
Début: 21h
12.- // 5.- avec la Carte du Salopard

Quelque part entre le folk de l’Angleterre des années 60 et 70, et l’Americana acoustique contemporain, la berlinoise Kc McKanzie présente au Bourg son quatrième album « Dry land » sorti le 24 septembre sur t3 records.

Formé en 2003 par K.C. McKanzie au banjo, au chant et à la guitare et par Joe Budinsky à la basse et au Banjo, le songwriting de Kc McKanzie est doux-amer, minimaliste et rappelle Joni Mitchell aussi bien que gillian Welch. Un mercredi au coeur de l'Euro-Americana folk.

mckanzie2Tout démarre à l’arrière d’une voiture à l’âge de 15 ans quand, assise aux côtes de sa sœur, la jeune K.C. entend dans l’auto-radio le morceau « The Weight » des « The Band ». Elle sait alors que c’est le son absolu et retient le titre et le nom du groupe sur une serviette en papier. Elle a toujours la serviette, mais n’a jamais acheté l’album.

A 17 ans, ses seuls bien musicaux se résument à une guitare, 5 disques et une certitude : Captain Beefheart et Tori Amos sont indépassables. Certitude balayée par sa rencontre avec Budi et le Bluegrass de Don Reno et Red Smiley qu’elle découvre dans la collection de disques de celui avec qui elle formera le duo K.C. McKanzie.

Ce son devient la référence, l’inspiration, l’influence comme le modèle.

Elle se met à composer peu après et enregistre son premier album « Weird Song From A Wild Mind » en 2004. Un album très bien reçu par la presse et par la scène Folk allemande et européenne.

2006 voit la parution de « The Widow Tries To Hide» (BCB Records) et « Hammer & Nails» en 2008, album aux mélodies intemporelles et à l’humour sec sorti sur t3 Records.

K.C. McKanzie, qui explore depuis 2004 une combinaison Folk et Country originale et contemporaine ne chôme pas puisque c’est à l’occasion de la toute récente sortie de « Dry Land » que le duo, qui entame une grande tournée européenne, fera une halte au Bourg pour présenter ce quatrième opus.

Image de prévisualisation YouTube