EN VOITURE SIMONE!

MERCREDI 25 MAI
Bar: 20h
Début: 20h
Entrée 10.-

Concernées, impliquées, intéressées par des sujets féministes ou politiques, mais toujours avec fraîcheur et humour « En voiture Simone! » vous propose des conférences suivis de lectures, concerts, spectacles ou Djs set un mercredi tous les deux mois.
Pour la dernière de la saison, Simone se penche sur la place des femmes dans l’art moderne et contemporain

Conférence-Discussion
20h00

« Les avantages d’être une femme artiste:
Travailler sans la pression du succès.
Ne pas avoir à exposer avec des hommes dans les galeries
Pouvoir échapper au monde de l’art en faisant quatre boulots alimentaires.
Savoir que votre carrière pourrait décoller à quatre-vingts ans.
Être sure que qu’elle que soit votre art, il sera étiqueté féminin.
Ne pas être coincé dans un poste titularisé.
Voir vos idées s’exprimer dans le travail des autres.
Pouvoir choisir entre carrière et maternité.
Ne pas s’étouffer avec de gros cigares ni peindre dans des costumes italiens.
Avoir plus de temps pour travailler quand votre compagnon vous quitte pour une plus jeune.
Être inclue dans des histoires de l’art révisées.
Ne pas connaître l’embarras d’être considérée comme un génie
Avoir son portrait dans des magazines d’art, déguisée en gorille.
Une mission publique des Guerrilla Girls – conscience du monde de l’art »

En 1989, le groupe d’actions publiques Guerrilla Girls publiait ce message, comme une façon de faire réagir le monde de l’art à l’invisibilité des femmes dans l’art moderne et contemporain.

Qu’en est-il 20 ans plus tard ?

En voiture Simone propose d’interroger la situation actuelle et de revenir sur les raisons possibles de cette grande invisibilité, de celles qui ont fait changer les choses et du rôle de l’art dans le féminisme.

Les conférencières:

Melissa Rérat, historienne de l’art (unil)
Marie-Eve Tschumi, coordinatrice du Centre en études genre LIEGE (unil)
Laurence Schmidlin, historienne de l’art, conservatrice adj. du musée des beaux-arts du Locle et doctorante (Uni. Genève)

Performance
21h30
MARCELLE (ch)

Texte : Florence grivel | Jeu : Céline Masson

Je m’appelle Marcelle, avec deux (L)…. Rapport à Marcel Duchamp, l’autre là, saint Marcel le précurseur. Sans, lui pas de concept, pas d’art contemporain…Niet.

Et puis, il a Marcelle Bujart, moi-même.Bujart avec un (T), Buj-art ». Marcelle à l’art de faire de l’art en toute occasion.

Elle est demandée partout. Pas une biennale, pas une foire, pas un centre d’art qui ne se l’arrache. Autant le dire, certains tueraient pour être à sa place.

Elle ne s’en offusque guère, elle n’y peut rien, c’est comme ça, elle laisse donc faire, royale, généreuse.

Peu regardante et dans un souci démocratique, Marcelle, va jusqu’à dévoiler les secrets de fabrication des ses fameuses performances domestiques à son public, lui offrant par la même occasion son credo dans un rire contagieux : « Do it yourself ouiz plaijzeure, siouplê » parce que le reste, finalement, selon Marcelle, c’est très secondaire.

(cf Ecclé, 1,2) Jeu : Céline Masson || Texte, son et mise en scène : Florence Grivel || Lumière Nicolas Mayoraz.

Pour plus d’infos sur le thème et les intervenant-e-s : www.lesfillesaffranchies.com