EDITO – Swiss Egyptian Reggae





Mettons le minaret au milieu du village lausannois : A l’origine il y a le papet vaudois. Absolument ! On a trop souvent tendance à oublier l’essentiel : A l’origine de la vie culturelle du village lausannois, il y a le papet vaudois. Une hirondelle ne fait pas le printemps et il faut reconnaître que sous ses grands […]

Mettons le minaret au milieu du village lausannois : A l’origine il y a le papet vaudois. Absolument ! On a trop souvent tendance à oublier l’essentiel : A l’origine de la vie culturelle du village lausannois, il y a le papet vaudois.

Une hirondelle ne fait pas le printemps et il faut reconnaître que sous ses grands airs de grande ville (du rock), Lausanne reste une campagnarde qui frissonne devant sa vie culturelle bruyante et foisonnante. A la vaudoise, on avance et puis on recule, pour pas trop déranger. Alors ça donne un joli foutoir et un joli papet.

Et puis avec le printemps qui pointe le bout de son nez, on se prend tout d’un coup à rêver de bouleversements. Bon, faut pas pousser mémé, on est pas Tunis, et en bons protestants, on ne se couche pas comme ça devant Mars et ses velléités guerrières, même en période d’élections. Non non, ce qu’on aime ici, c’est juste un peu de rock, qui met pas le feu au lac. On est pas fous : on laisse ça à la méditerranée.

Vive le printemps ! vive le papet ! vive le reggae !

S.D.