Disco- DEpendance





La dépendance semble s’être abonnée aux plus prometteurs labels indépendants de musique électronique américains depuis sa rentrée de septembre. Après la néo-Space Disco du label Italians do It Better et le récent passage d’une de ses artistes Nite Jewell, c’est le duo Electro-Pop Hecuba, révélation 2009 du label Manimal Vinyl, qui fait une halte dans […]

La dépendance semble s’être abonnée aux plus prometteurs labels indépendants de musique électronique américains depuis sa rentrée de septembre. Après la néo-Space Disco du label Italians do It Better et le récent passage d’une de ses artistes Nite Jewell, c’est le duo Electro-Pop Hecuba, révélation 2009 du label Manimal Vinyl, qui fait une halte dans l’espace culturel alternatif renanais le mercredi 4 novembre.

A la première écoute de « Paradise », premier album du duo Hecuba, les impressions sont parfois faussées. Un effet de fausse naïveté dans le chant d’Isabelle Albuquerque, moitié féminine du duo, rappelle les sensations paradoxales provoquées par le chant de Julee Cruise, qu’on entend de manière récurrente dans la série Twin Peaks : rassurant par la douceur du timbre et de la tonalité, et légèrement anxiogène par les effets d’écho, brouillant ainsi la frontière entre rêve et cauchemar.
L’ascendance lynchienne ne s’arrête pas là puisque les mélodies et l’esthétique 50’s d’un titre comme « Suffering» renvoient spontanément au Los Angeles de Lynch.

La deuxième écoute met en évidence la superposition des strates sonores qui donnent une profondeur addictive à la musique d’Hecuba et qui se révèle plus complexe qu’il n’y paraît.

L’association des claviers synthétiques, des rythmiques simples et minimales et des boucles mélodiques hypnotiques laissent penser aussi bien à Suicide qu’au Disco contemporain de Glass Candy.

Formé en 2006, le duo Isabelle Albuquerque et Jon Beasley se serait rencontré autour d’un film de science-fiction que Jon réalisait et pour lequel Isabelle auditionnait.

Ils sortent leur premier maxi en 2008, avant la parution de « Paradise » au mois de mai de cette année sur le label Manimal Vinyl,qui compte également parmi ses artistes les Bat For Lashes avec lesquels Hecuba tournent en première partie aux Etats-Unis et en Europe.

Electro-pop bien pensée dont on vous suggère la troisième écoute à la Dépendance, remarquable pour l’orientation de ses récents choix de programmation.