article 1, scène 2





Festival de théâtre pour les droits humains théâtre politique / scène militante Du 19 au 21 mars, le Bourg accueille la deuxième édition du festival de théâtre pour les droits humains « ARTICLE 1 SCENE 2 ». Sous l’impulsion de l’association Théâtractive et de Caroline Stevan, une première édition a lieu en 2008 au théâtre […]

Festival de théâtre pour les droits humains théâtre politique / scène militante

Du 19 au 21 mars, le Bourg accueille la deuxième édition du festival de théâtre pour les droits humains « ARTICLE 1 SCENE 2 ».
Sous l’impulsion de l’association Théâtractive et de Caroline Stevan, une première édition a lieu en 2008 au théâtre du 2.21.
Fort d’un premier succès, mais aussi face à la nécessité de poursuivre le dessein de conscientiser par l’expression scénique, une deuxième édition devait heureusement comme malheureusement voir le jour…

Incisifs, drôles, profonds aussi bien que glaçants, les propos seront toujours justes et forceront les remparts parfois confortables de la conscience, que nous aménageons tous souvent pour éviter d’être frappé par la réalité du pire : l’exclusion, la pauvreté, les discriminations, le déracinement, la domination masculine, et plus généralement la violation des droits fondamentaux de l’Homme. Une programmation riche en thématiques abordées autant qu’en voies d’expression : monologues, pièces, improvisations, slam, lectures et chansons s’alterneront sur la scène du Bourg. Trois jours de spectacles, pas d’excuses : du vendredi 19 au dimanche 21 mars, vous trouverez bien une ou deux heures pour passer avec l’association Théâtractive de l’obscurité et du froid de l’hiver aux promesses
de la lumière et de la chaleur du printemps à revenir. Si la métaphore pouvait se réaliser…

« Médée et autres récits de femmes » ouvre cette deuxième édition le vendredi 19 mars. Ce texte signé du couple de dramaturges italiens Dario Fo et Franca Rame propose 3 récits de femmes, trois femmes qui disent et subissent les multiples visages de l’oppression : le viol, l’incarcération et la répudiation. Trois récits portés par une comédienne : Virginie Lutz qui vous conduit au coeur des discriminations de genre.

Suivra : « Les pauvres sont tous les mêmes ou des chevreuils à vive allure », création de la lausannoise Marielle Pinsard, dont on ne présente plus l’humour vitriolé et la force de frappe de l’écriture. Là, trois bourgeoises qui débattent du dossier pauvreté, tente d’élaborer des stratégies dans le but de sortir les mendiants de la misère, pour finir par les blâmer d’être à l’origine de tant de culpabilité…

« Un fou noir au pays des blancs », c’est le témoignage mis en scène de l’écrivain et psychologue congolais Pie Tshibanda qui a vécu l’horreur de l’épuration ethnique en République Démocratique du Congo, la fuite et le déracinement avant d’être confronté à une deuxième douloureuse épreuve : celle qu’impose le statut de réfugié politique et les discriminations raciales qui l’accompagne, le sol occidental à peine foulé. Drôle et sensible.

« les Improsteurs » ouvriront leur théâtre d’improvisation aux thématiques liées aux droits humains, l’association la Slaam vous invitera sur scène pour des joutes de mots engagées et enfin vous pourrez aussi assister à des lectures et chansons proposées par Frédérique Leresche et Daniel Perrin.

Si on sait bien que le printemps n’y changera rien, on sait aussi que l’art n’y change probablement rien, mais il y participe : de cet espoir que l’homme tout aussi bien que l’Homme blanc et que tous les biens nés reconsidèrent un jour de gré ou de force l’ordre des privilèges et le principe de justice… Joyeux printemps!