Allumer une cigarette à une bougie provoquerait la mort d’un marin quelque part dans le monde





Mark Berube est un songwriter d’origine canadienne qui aime voyager et nous faire voyager, preuve en est l’interface de son site Internet www.markberube.com. Sous la forme d’un carnet de voyage, ou plus précisément d’un carnet de notes ouvert, il nous nous emmène dans son univers musical, nous décrit son actualité, retranscrivant ainsi des morceaux choisis de son quotidien. Et vogue […]

Mark Berube est un songwriter d’origine canadienne qui aime voyager et nous faire voyager, preuve en est l’interface de son site Internet www.markberube.com. Sous la forme d’un carnet de voyage, ou plus précisément d’un carnet de notes ouvert, il nous nous emmène dans son univers musical, nous décrit son actualité, retranscrivant ainsi des morceaux choisis de son quotidien. Et vogue le navire. Son bateau à quai sur les rives du Léman, Mark Berube va faire une halte le 2 décembre au Bourg.

Accompagné par son nouveau groupe The Patriotic Few (Patrick Dugas aux percussions et Kristina Koropecki au violoncelle), le brouillard d’une musique pop/folk qui serait trop prévisible s’esquive et illumine nos côtes lacustres dans un nouveau sillage surprenant. Aux sonorités diffuses et presque linéaires d’un cours d’eau tranquille que rien de viendrait perturber, Mark Berube et ses compagnons de barque jettent énergiquement les rames à l’eau et brisent ensemble cette quiétude que l’on croyait imperturbable. Ces joyeux coéquipiers prennent à corps leurs instruments : cordes, accordéon, glockenspiel, piano et voix ; portant des harmonies imbriquées pour créer une dynamique de rythmes et de mélodies crochetés.

De l’eau et du fleuve porteurs de messages et de symboles, chaque chanson du nouvel opus de Mark Berube «What The Boat Gave The River» (2008) a son reflet dans le précédent «What The River Gave The Boat» sorti un an auparavant. En effet, chacune se rattache à une autre à travers l’ambiance, le ton et l’histoire, où la complémentarité des deux prend scène avec d’autres artistes tels que Emily Loizeau, Plants and Animals, Belle Orchestre, Herman Dune, Kevin Breit, Raine Maida, The Be Good Tanyas, et Hawksley Workman. Si le résultat est ambitieux, il ne demeure pas moins audacieux ; enregistrer des histoires brillamment rendues par une flambée d’accords de trois notes qui se tordent en rythme de façon surprenante.

Le regard porté aux quatre vents, la vision de Mark Berube ne demeure pas moins acérée. Du prosélytisme et de la cupidité de l’Ouest, de l’itinérance ou encore de la drogue dans nos villes, source d’hédonisme irresponsable ou de brisure sociale, de guerres jamais finies aux paysages bucoliques qui redonnent espoir ; de ces histoires contées se déploie une musique qui accompagne chaque épopée comme une bande-son originale de film, qui sans paroles, pourrait reproduire à l’identique chaque mot, chaque couplet, ainsi imprégnés. Au premier album plus intimiste, le second veut rendre justice aux lives, aux performances sur scène, allègres et festives.

A découvrir donc sur la scène du Bourg, sans gilet de sauvetage, mais un carnet de notes dans la poche, au cas où l’envie vous viendrait d’écrire quelques mots. Et rappelez-vous : allumer une cigarette à une bougie provoquerait la mort d’un marin quelque part dans le monde. Ouf, les lieux publics sont non fumeurs depuis le 15 septembre.