«OF BRIDGES & BORDERS» MENEO & INTERNET 2





Dialogue Nord / Sud (sans le folklore, sans les paquets de sucre philippin Mascobado ni les bonnets péruviens) avec le projet éditorial et les événements nomades associés à «Of Bridges & Borders» (coproduction de l’association Toit du Monde et du Kultur Büro de Barcelone et de Buenos Aires (KBB)) qui plante son décor pluriculturel et pluriartistique à Vevey et Lausanne du premier au trois […]

Dialogue Nord / Sud (sans le folklore, sans les paquets de sucre philippin Mascobado ni les bonnets péruviens) avec le projet éditorial et les événements nomades associés à «Of Bridges & Borders» (coproduction de l’association Toit du Monde et du Kultur Büro de Barcelone et de Buenos Aires (KBB)) qui plante son décor pluriculturel et pluriartistique à Vevey et Lausanne du premier au trois octobre avant de promener le lancement de sa publication dans le reste de l’Europe et en Amérique du Sud jusqu’au 15 novembre. Cinq lieux partenaires: le Théâtre de Vevey, la galerie Circuit, l’Espace Doll, le Romandie et le Bourg à Lausanne pour trois jours d’abolition des frontières entre les cultures et les genres artistiques.

Qu’on s’entende, le sucre en question plus haut est sans doute le meilleur et le plus éthiquement consommable, et la laine d’Alpaga protège les oreilles des assauts glacials de l’hiver tout autant qu’elle tient au chaud la conscience de celui qui fait l’acquisition d’un produit manufacturé dans le respect des droits des travailleuses et des travailleurs. Difficilement questionnable et plutôt indiscutable.

Si Toit du Monde sonne un peu comme Magasin du Monde, l’association fondée en 1991 sous l’impulsion de l’artiste et curateur Sigismond de Vajay, est pourtant bien loin d’une vision folklorique, figée dans un traditionnel suranné, ou condescendante (dans le pire des cas) qui émerge parfois des réseaux associatifs interculturels.

En prise avec une réalité dominée par le présent, et orientée vers un échange tout aussi équitable, c’est dans l’exploration, le dialogue et la visibilisation des expressions contemporaines de l’art qu’elle est active depuis près d’une vingtaine d’années.

Etablis à Vevey jusqu’en 2002, date à laquelle le bâtiment occupé par le centre est détruit, les ateliers Toit du monde organisent sur une décennie plus d’une centaine d’expositions artistiques ou à thèmes sociaux, et au moins autant de concerts de musique d’avant-garde, de performances, de projec tions de films et de spectacles de danse et de théâtre.

Si l’enjeu éthique est proche des associations caritatives qui défendent et poursuivent l’objectif de réduire les inégalités économiques et sociales persistantes entre le Nord et Le Sud, Toit du Monde s’en démarque en dressant des ponts et en fracturant les hermétismes en matière de productions artistiques. Une première vie sédentaire enterrée au début du siècle avec la fermeture de l’espace veveysan, Toit du Monde avec le KBB revient aujourd’hui avec le projet artistique «Of Bridges & Borders» sous la forme d’une publication d’art contemporain et celle d’évènements et d’expositions itinérants avec pour thème principal l’échange des points de vue.

Avec la collaboration des éditions Jrp Ringier et grâce au travail du graphiste André Baldinger, est né cet ouvrage d’art alternatif de plus de 400 pages traduit en anglais et en espagnol réunissant une cinquantaine d’artistes internationaux émergents comme reconnus dont Claude Levêque, Chris Burden, Mouse on Mars, Fabrice Gygi pour ne citer qu’eux.

Un ouvrage qui vise à mettre en relation des artistes de divers horizons en rendant ainsi possible un dialogue interculturel fondé sur l’art et ses nombreux moyens d’expression. Des médiums artistiques que les initiateurs du projet ont également souhaité le plus large possible en réunissant les arts plastiques, la vidéo, la musique, la performance et le graphisme.

En plus d’un contenu, «Of Bridges & Borders» défend également un projet de diffusion alternative puisqu’il est prévu que le livre soit accessible à toutes les écoles d’art, universités et institutions culturelles publiques d’Amérique Latine qui n’ont habituellement accès qu’à des publications locales (quand elles existent) ou à celles extrêmement commerciales des éditions Phaïdon ou Taschen

Pour le lancement du livre qui aura lieu du premier octobre au quinze novembre en Suisse, dans le reste de L’Europe et en Amérique du Sud, musiciens et artistes de «Of Bridges & Borders» partageront leur art sous forme de concerts, performances, expositions et créeront une plateforme de dialogues à travers des conférences et des collaborations avec les artistes locaux. Le convoi de «Of bridges & Borders» fera, entre autres, une halte à la galerie Circuit le 2 octobre avec la performance sonore de l’artiste, compositeur et écrivain égyptien Hassan Kahn et au Bourg le trois octobre avec deux lives de Meneo et de Internet 2.

Nourries de la réalité urbaine du Caire, métropole de 16 millions d’habitants, gigantesque plaque tournante de réseaux idéologiques divers, les expérimentations sonores d’Hassan Kahn font se rencontrer télévision, religion, tabla et guitare électrique, l’orient et l’occident, et problématisent les données contemporaines du Moyen-Orient ou plus généralement de toute ville aux proportions démesurées.

Coïncidence, erreurs et accidents intentionnels sont à la base des performances du duo Barcelonais Meneo. Entre les sons électropicaux de l’as du 8 Beats Rigo Pex et les visuels rétro de Vj Enter axés sur les vieux jeux vidéos et le graphisme lo-fi des premières consoles vidéo telles que Commodore 64, Nintendo’s Nes ou encore Gameboy qu’il déstructure à l’envie grâce à son propre programme de vjing, Meneo veut consciemment désorienter son public. Et de ce choix le groupe dit en faire un manifeste d’immunisation contre le dessein exponentiel de contrôles, et les dérives sécuritaires des grandes organisations commerciales.

A découvrir avant, la performance de Internet 2, projet musical du collectif d’artistes également originaire de Barcelone, Comte d’Urgell. Né de leur passion pour les instruments à vents en bois comme la clarinette et les cornes, Internet 2 propose des performances sur prenantes et plutôt inattendues, asso ciant la danse, le détournement des musiques populaires, le tout soigneusement orches tré par quelques soutiens technologiques. L’espace manque ici pour en dire plus, L’Echinococcose vous renvoie donc au site de «Of Bridges & Borders» pour ne pas passer à côté de la riche programmation proposée du premier au trois octobre. Mais aussi pour ne pas passer à côté de cette initiative pertinente, qui en plus d’être évidemment porteuse de productions artistiques de qualité et d’une riche dynamique d’échanges, engage un processus actif de déconstruction des représentations, étroites et souvent stéréo -typées que l’on peut avoir de l’Autre, tu sais, celui qui vit là-bas, si loin, la tête en bas…